Implant et chirurgie de la cataracte

L’implant dans la chirurgie de la cataracte

L’implant oculaire remplace le cristallin naturel dit  » cataracté » dans la chirurgie de la cataracte. Il est appelé aussi cristallin artificiel ou lentille intra-oculaire.

Elle permet de rétablir la transparence de l’œil et de corriger un trouble de la réfraction (myopie, hypermétropie, astigmatisme). De plus, les implants sont tous doté d’un filtre UV prévenant les lésions rétiniennes liées à l’exposition solaire. De plus en plus d’implants filtrent aujourd’hui, la lumière bleu.

 

 

 

Qu’est-ce qu’un cristallin artificiel ?

Le cristallin artificiel, ou implant intraoculaire, est une lentille composée d’une partie optique et d’anses (les haptiques) qui permettent de la fixer dans le sac cristallinien. Il permet de corriger la Myopie, l’Hypermétropie et l’Astigmatisme (implant torique).

Cristallin artificiel dans la chirurgie de la cataracte

 

Plusieurs types de corrections par cristallin artificiels sont proposées aux patients en fonction de leurs besoins visuels :

 

  •  « monofocale » : le patient souhaite s’affranchir du port de lunettes pour la vision de loin OU pour la vision de près selon ses habitudes visuelles. Il ne corrige la vision que sur une seule focale. Ainsi s’il la vision est réglée de loin il y a nécessité de porter des lunettes pour la vision de prés. A l’inverse si l’œil est réglé de près, le port de lunette se fait pour la vision de loin.

 

  •  « multifocale » : Il s’agit d’une lentille qui permet de voir de loin mais aussi de près sans lunettes. Elle corrige la presbytie. Il peut être bifocale ou trifocal. L’implant bifocal corrige la vision de loin et pour lire. L’implant trifocal corrige l’œil en vision de loin, de près  mais aussi en vision intermédiaire (lecture d’un ordinateur). Pour l’obtention d’un résultat maximal, le patient ne doit pas avoir d’astigmatisme. Les implants multifocaux sont posés dans les deux yeux. Les patients hypermétropes sont plus souvent satisfaits que les myopes. Des phénomènes de halos autour de la lumière peuvent apparaître.

 

 

  • En cas d’astigmatisme, il est possible de le corriger avec un implant torique. L’implant peut alors être monofocal torique en ne corrigeant, la vision qu’à une seule distance, ou  multifocal torique, corrigeant la vision sur plusieurs distance (bi focal torique ou tri focale torique.)

 

  •   « monovision » : cette technique repose sur la mise en place d’un implant « monofocal » destiné à corriger l’amétropie de chaque œil : un œil en vision de loin et l’autre en vision de près

Implant multi-focal

 

 

Combien de temps peut durer le cristallin artificiel ?

 

Le cristallin artificiel est composé d’un matériau inerte en acrylique ( hydrophyle ou hydrophobe) ou en silicone, dont la qualité optique est supérieure à celle d’un cristallin naturel. Ces matériaux assurent une sécurité maximale car ils ne peuvent ni être dégradés, ni rejetés par l’organisme. Ils sont considérés comme biocompatible. Une fois posés, ils ont une durée de vie infinie.

 

Quels sont les risque et effets secondaires de l’implant

 

les risques sont peu fréquents

l’infection.

la mise en place de l’implant engendre un risque d’infection malgré les précautions prises. Les procédures d’asepsie avant et après l’opération permettent de diminuer ce risque de façon importante. Il est de l’ordre de 1 /10 000. Elle se traduit par un œil rouge et des douleurs oculaires importante associées à une baisse de la vision et un larmoiement. En cas d’infection un traitement antibiotique est débuté en urgence.

 

L’erreur réfractive.

Le calcul de la puissance de l’implant est précis au micron près, engendrant une précision de l’ordre du dixième de dioptrie. Cette erreur réfractive n’est  pas perceptible par l’œil humain. Néanmoins la position précise de l’implant ne peut être prévisible avant l’opération. Elle dépend de la forme oculaire de chaque personne. Il peut en résulter une erreur réfractive résiduelle nécessitant le port d’une correction optique.

 

Phénomènes lumineux

Halos

Les anneaux de diffraction d’un implant multifocal peuvent être visibles. Ils se matérialisent par la vision de halo autour des phares de voiture, bien  visible surtout la nuit.

un croissant lumineux

La vision d’un croissant lumineux en périphérie du champ de vision  peut être présente. Il correspond a la diffraction du bord de l’implant. Ce phénomène est visible si la pupille est très large, si l’implant est décentré ou si sa zone optique est de petite taille.

 

Déplacement de l’implant

Il peut survenir à l’occasion d’un traumatisme oculaire ou exceptionnellement spontanément selon conditions locales de fixation. Il peut être repositionné ou remplacé.

 

 

Pour quel implant opter ?

 

Votre ophtalmologiste calcule la puissance de l’implant afin d’améliorer votre vue après l’opération. Le calcul de la puissance de l’implant s’effectue par une échographie de l’œil (précision à une centaine de microns). Grâce à cette précision, la puissance de l’implant calculé permet de déterminer le réglage que l’on souhaite de votre vue.

 

Néanmoins, ce calcul ne garantie pas toujours le résultat souhaité, à savoir une vision de loin et de près sans lunette.
Aussi, la conduite automobile, la télévision, le cinéma sont des loisirs qui peuvent nécessiter le port d’une correction optique légère après pose d’un implant monofocal calculé pour la vision de loin. Il est à noter que suite à l’opération, l’œil devient presbyte. Ainsi, la lecture s’effectue la plupart du temps avec une correction optique.

Après pose d’un implant multifocal, une petite correction optique de près peut être nécessaire dans certaine circonstance.

C’est votre chirurgien qui définira selon vos habitudes visuelles, quel type d’implant est le plus adapté.

(mis à jour le 26 mai 2017)