Procédé chirurgical au laser Femtoseconde

Procédé chirurgical de la cataracte au laser Femtoseconde

 

L’opération de la cataracte au laser est une technique chirurgicale récente. Le laser Femtoseconde est utilisé depuis plusieurs années dans  la chirurgie de la myopie afin de réaliser la création d’un capot lors d’une procédure LASIK. Dans la chirurgie de la cataracte, il remplace depuis peu certains gestes effectués auparavant par le chirurgien :

  • Incision de la cornée,
  • Ouverture de la capsule du cristallin circulaire.
  • Découpe du cristallin en « morceaux »

 

Le laser est assisté par un scanner de l’œil qui  le guide. Le chirurgien n’a plus qu’à aspirer ensuite les morceaux de cristallin pré-découpés par le laser femtoseconde et les masses restantes, puis insère l’implant. Il s’agira d’un implant multifocal pour les patients souhaitant en profiter pour corriger la presbytie. Ainsi, Seul une partie des gestes sont automatisés. Le chirurgien doit retiré par lui-même le cristallin et doit mettre l’implant.

 

laser femtoseconde

laser femtoseconde pour la chirurgie de la catarace

 

Avantages du laser Femtoseconde

 

Les lasers Femtoseconde produisent des impulsions d’énergie lumineuse très courtes avec une longueur d’onde proche de l’infrarouge. Il peut ainsi vaporiser les tissus en créant un plasma froid, sans action thermique ni mécanique sur les tissus proche. La création de micro-bulles de cavitation permet la découpe, tir par tir et bulle par bulle, des tissus. La précision du laser n’est donc que de quelques microns (un millième de millimètre). Il évite donc toute imprécision ou erreur de la main de l’Homme. Les gestes seraient reproductibles. L’ouverture circulaire du cristallin est parfaite et centrée. Il permet la découpe du cristallin à l’intérieure de l’œil, sans intervention manuelle.

Il limite ainsi le risques d’erreurs humaine dans la découpe du cristallin, ce qui permettrait, en théorie, de diminuer les complications.

 

Inconvénients du laser

 

Certaines incisions restent incomplètes au niveau de la cornée et au niveau du cristallin. Il peut donc être nécessaire de les compléter manuellement. La fréquence de ce type d’incident n’est pas négligeable. Ces incisions incomplètes dépendent des caractéristiques physicochimiques des cornées et des cristallins. Elles sont fréquentes sur les cataractes évoluées. Il est insatisfaisant pour le chirurgien d’être obligé de les compléter, comme si elles n’avaient pas été faites.

La dilatation pupillaire est moins bonne après la procédure au laser femtoseconde, ce qui complique donc parfois l’ablation des fragments de noyaux.

La durée de la chirurgie est plus que doublée avec l’utilisation du laser femtoseconde.

Les patients doivent passer d’une table dédiée au laser à une table chirurgicale, ce qui pose des problèmes pour les personnes âgées qui sont habituellement celles atteintes de cataracte.

Il est demandé au patient de ne pas bouger pendant la procédure, ce qui n’est pas possible pour un certain nombre de patients.

Il n’empêche pas l’emploi des sondes d’aspiration, car le laser ne fait que des découpes.

Les couts d’achats sont jupitériens. Les consommables augmentent encore plus la facture.

 

 

Bilan du laser femtoseconde pour la chirurgie de la cataracte

 

Après sa sorti il y a plusieurs années, l’engouement des ophtalmologistes pour ce type de laser n’est pas au rendez-vous car la création d’une incision de 1,8 mm par laser n’a pas de réelle justification. De plus la fragmentation du cristallin est insuffisante et fréquemment incomplète pour le cataractes plus mures. Les procédures coutent vraiment cher et deviennent lourdes à gérer pour un avantage faible par rapport à ce qui se fait depuis des décennies.

 

(mis à jour le 26 mai 2017)