Types d’hypermétropie

Quelles sont les types d’hypermétropie ?

L’hypermétropie peut devenir gênante, surtout si elle est importante, et plus encore au moment de la presbytie. On distingue deux types d’hypermétropie :

 

1) Hypermétropie primitive :

La puissance de l’hypermétropie est mesurée lors d’un examen de la réfraction oculaire. Elle est déterminée au mieux par un examen associant des gouttes qui vont bloquer l’accommodation.

 

– L’hypermétropie faible ou modérée : 

La puissance de l’hypermétropie mesurée est inférieure à 3 dioptries. Elle est souvent bien tolérée car les efforts d’accommodations sont peu importants.  La vision de loin est habituellement excellente car le jeu de l’accommodation permet de re-focaliser l’image sur la rétine

L’hypermétropie modérée est le plus souvent asymptomatique et commence à être gênante vers la quarantaine. La gêne se fait ressentir surtout lors de la lecture prolongée, ou lors du travail sur écran. Des lunettes étaient parfois portées dans l’enfance, perdues ou oubliées depuis. Ce type d’hypermétropie peut néanmoins être responsable d’un certain nombre de symptômes : fatigue visuelle à la lecture prolongée ou sur écran, des yeux rouges ou irrités qui piquent, maux de tête, difficulté de concentration, fluctuation de la vision, difficulté au passage vision de loin / vision de près.

 

L’hypermétropie forte. 

La puissance de l’hypermétropie mesurée est supérieure à 3 dioptries. Elle est présente dès l’enfance. Comme les possibilité d’accommodations sont insuffisantes, la lecture est difficile ou impossible sans correction optique. Elle est associée à des migraines. La vision de loin est aussi affectée. La lecture de près est quasiment impossible sans lunette. L’ensemble de ces troubles s’aggravent avec l’approche de la presbytie. Elle est souvent associée à un strabisme accommodatif chez l’enfant. En effet les efforts d’accommodation sont liés à un réflexe de convergence. Plus l’accommodation est forte plus l’œil converge. Ce type de strabisme  disparaît avec une correction optique totale mais il ré-apparaît en retirant les lunettes.

Ce type d’hypermétropie prédispose au risque de glaucome par fermeture de l’angle.

 

2) Hypermétropie secondaire

 

 

Correction de l’hypermétropie

Il est possible de corriger cette amétropie en ramenant l’image sur la rétine par le port d’une correction optique (lunettes à verres convexes ou lentilles).  La puissance de ces verres est exprimée en dioptrie. Elle correspond au chiffre marqué pour l’ordonnance des lunettes.

A noter que plus l’hypermétropie sera forte, plus le verre correcteur sera épais. Il entraînera un grossissement de l’image visuelle et un rétrécissement du champ visuel. Ces phénomènes optiques peuvent être particulièrement gênants si l’hypermétropie est unilatérale. Le port de lentilles peut être une bonne alternative à condition de les tolérer.

 

La correction de l’hypermétropie peut se faire  par une opération.  Celle ci pourra être réalisé soit par implant ou par laser.

 

 

 

(mis à jour le 14 novembre 2018 AH)