Causes et facteurs de risques de la myopie

Comment expliquer qu’un individu devienne myope ?

Il a été souvent évoqué des causes génétiques pour expliquer le développement d’un myopie. Cependant, l’environnement et le mode de vie semblent également jouer un rôle prédominant. Signalons d’emblée qu’aucune étude n’a permis de déterminer de lien de cause à effet sur la survenue de la myopie. De plus, la ou les raisons pour lesquelles la myopie s’aggrave est aussi une énigme. Certaines myopies se stabilisent avant la croissance, après la croissance, tandis que d’autres continuent à évoluer.

La plus part des données sont extraites d’études générales sur la myopie en ne considérant que la puissance myopique en dioptrie, sans analyse de la longueur axiale de l’oeil, la puissance de la cornée et la longueur axiale. Il en résulte des données sans grande valeur et difficiles à isoler pour cette population. Les biais de recrutements sont importants selon que les études portent sur une clientèle d’une région ou d’une ville donnée, ou d’un centre hospitalier.

 

  • Les facteurs génétiques

Une étude Australienne de 2007 a permis d’identifier le facteur génétique associé à prévalence à la myopie. L’hérédité est manifeste dans la plupart des études réalisées. Cependant, les résultats varient d’une étude à l’autre. Néanmoins, il est démontré qu’un enfant a plus de chance de devenir myope si l’un des deux parents l’est. Le risque est démultiplié lorsque les deux le sont. Il est de plus intéressant de noter qu’un individu ne développe pas de myopie malgré des conditions très favorables à ce trouble de vision. La myopie forte familiale non syndromique se transmet via les chromosomes autosomes dominant (chromosome non sexuel identiques chez les mâles et femelles). Les transmissions liées au sexe concernent essentiellement les myopies associées à des poly-pathogénies héréditaires (syndrome de Stickler, Marphan, Weill-Marchesami et d’Elhers-Danlos). Cette dépendance génétique ne concerne qu’une faible minorité de myopies fortes, ce qui témoigne d’une grande hétérogénéité génétique.

 

  •  Les facteurs environnementaux:

 

Ils agissent comme des causes essentielles dans le développement de la myopie.

Myopie : la faute au «manque de lumière naturelle» ?

La lumière naturelle.  Le manque de lumière naturelle, notamment pendant l’enfance, pourrait jouer un rôle sur le développement de la myopie. En cause ? le manque de Dopamine. C’est un neurotransmetteur (molécule) produit par la rétine sous l’effet de la lumière. Il  permet de transmettre l’information de la rétine au cerveau. Cette molécule éviterait une croissance excessive de l’œil. Une étude récente a été réalisée sur une population d’enfants âgés entre 6 et 7 ans à Singapour et en Australie. Elle à permis de montrer que ceux habitués aux jeux d’extérieurs seraient moins sujets à la myopie. A l’inverse, les enfants pratiquants des activités en plein aire auraient moins de myopie.  C’est le temps passé dehors qui serait prépondérant. Cette étude à été conforté par des expérimentations animales en éclairage faible. Elles auraient donc prouvé un lien de cause à effet entre le manque de lumière et le développement de la myopie chez l’animal.

cause de la myopie

Cause de la myopie : travail de près et manque de lumière

Le travail de près : de nombreuses études ont révélé un lien entre la lecture, le travail de prés et la prévalence d’une myopie. Dans ce cas , les individus ayant l’habitude de réaliser des travaux de prés ou manuel, induirait une « paresse accommodative ». Le niveau de culture ainsi que le niveau d’étude apparaissent également comme des co-facteurs de risque de myopie, en France comme à l’étranger. L’hypothèse avancée serait la suivante : la stimulation rétinienne pourrait induire la sécrétion d’un éventuel facteur de croissance du globe oculaire.

 

  • La nutrition

Un lien entre l’alimentation et certaines formes de myopie est à noter. C’est le cas dans le  déficit en vitamines A, D et E. De même, les conséquences d’une consommation excessive de pain ou d’hydrate de carbone ont été soulignées. Néanmoins, l’accès à une nourriture plus riche, variée et équilibrée notamment dans les pays industrialisés, remet en question ces facteur nutritionnels. Seuls certains individus se voient prescrire un traitement à la vitamine E.

 

  • L’habitat

La prévalence de la myopie est plus élevée dans le milieu urbain que dans le milieu rural. En cause, des facteurs socio-économiques comme les activités en plein air, l’intensité lumineuse, l’usage de la télévision, le travail sur écran…

 

  • Myopie et intelligence

Certains auteurs ont évoqué la correspondance à des gènes ou allèles proches entre le quotient intellectuel et la myopie. Selon des études menées, le temps passé à la lecture est corrélé à l’existence d’une myopie. Cette corrélation a été retrouvée aussi pour les capacités d’apprentissage des langues

 

 

 

A noter que sur le long terme, une sous-correction, le port de lunettes pour la vision de prés, l’emploi de verres progressifs, la rééducation, l’utilisation de verres bifocaux, le biofeedback ou la Pirenzepine sont autant de traitements qui ont fait la preuve d’aucune efficacité.

 

(mis à jour le 21 mai 2017)