Opération de la presbytie associée à la myopie ou l’hypermétropie

Opération de la presbytie

L’opération de la presbytie associée à une myopie ou à une hypermétropie est différente selon les cas. Aucune opération de la presbytie ne permet la récupération de l’accommodation. Les solutions proposées visent à trouver le meilleur compromis possible pour diminuer la dépendance au lunettes. Toutes les méthodes proposées tendent à compenser la presbytie.

 

Les indications de ces méthodes dépendent de plusieurs facteurs :

  • âge : il détermine le degré d’accommodation
  • sexe
  • motivations professionnelles, loisirs
  • les habitudes de vie : activité de près, de loin, durée dans la journée
  • le degré d’hypermétropie ou de myopie d’astigmatisme associé
  • la présence d’anomalie oculaire telle que la cataracte ou un glaucome.

 

Presbytie et myopie

 

L’œil myope a une bonne vision de près, et une vision floue de loin. Le patient myope et presbyte doit donc enlever ses lunettes pour voir de près. Quand les lunettes de loin sont portées, la vision de près sera floue. La correction de la presbytie chez le myope se fera donc via le port de verres progressifs.

Pour les myopes porteurs de lentilles et qui deviennent presbytes, la correction se fera avec une correction de près avec des lunettes à porter en plus des lentilles à condition que celles-ci soient tolérées. La tolérance est réduite par la présence d’une sécheresse oculaire chez la femme vers la cinquantaine.

L’opération de la presbytie ne guérit pas les patients atteint de myopie. En effet, l’opération ne permet pas de restituer une accommodation perdue. Elle ne reste qu’un compromis pour diminuer la dépendance au lunettes.

Quelle technique choisir ?

La technique dépend de l’âge.

Entre 40 et 55 ans, l’opération au laser est recommandée. Le LASIK avec laser Femtoseconde est la méthode de choix car cette technique permet d’obtenir un résultat rapide et sécurisé. De plus, elle est réversible : en cas d’intolérance, une retouche peut aisément être réalisée. La technique de la bascule, ou monovision, est privilégiée pour les myopes presbytes, sous réserve d’obtenir des résultats positifs aux tests. Les tests permettent de savoir si la bascule peut ou non être supportée. Les résultats peuvent être simulés par le port de lentilles à porter quelques temps.
Ils permettent de déterminer l’œil à régler de loin (le plus souvent l’œil dominant) et le degré de réglage pour la vision de près. Ce réglage tient compte de l’âge, des activités professionnelles et de l’importance de la myopie.

A partir de 55 ans, il est préférable d’opter pour les implants multifocaux.

L’opération de la presbytie peut être associée au traitement d’un astigmatisme éventuel.

 

Presbytie et hypermétropie

L’œil hypermétrope accommode en permanence afin d’avoir une vision nette de loin et de près. La grande majorité des hypermétropies est identifiée à l’âge de la presbytie car la gêne en vision de près n’est pas forcément ressentie avant. Si celle-ci apparaît avant, on parle de presbytie précoce. Lorsque la presbytie est installée, la vision de l’hypermétrope est floue de loin, mais encore plus de prés. Il devient donc nécessaire de porter une correction optique adaptée par verres progressifs. Pour les hypermétropes porteurs de lentilles, la correction se fait grâce à une correction de près, à porter en plus des lentilles ou par des lentilles multifocales ou progressives

 

 

Quelle technique choisir ?

 

Le choix de la technique pour l’opération de la presbytie et d’une hypermétropie dépend principalement de l’âge.

Entre 40 et 55 ans, la méthode choix est le LASIK avec laser Femtoseconde. L’œil dominant sera réglé pour la vision de loin, alors que l’autre œil subira un Presbylasik afin d’être réglé en vision de près sans altérer trop la vision de loin.

A partir de 55 ans, il est préférable d’opter pour la mise en place d’implants multifocaux. Cela permettra de retrouver une bonne vision de loin et de près sans correction optique.

 

 

 

(mis à jour le 26 septembre 2018 AH)