PRELEX et Implants oculaires multifocaux

Traitement de la presbytie avec la méthode PRELEX

PRELEX est l’acronyme de « Presbyopic Lens Exchange ». Il s’agit d’une technique qui consiste à remplacer définitivement le cristallin naturel par une lentille progressive ou multifocale. Elle permet d’obtenir une bonne vision aussi bien de loin que de près.

 

Le cristallin artificiel multifocal

Le cristallin artificiel (Intra Oculair Lens ou I.O.L) est une lentille produite d’un matériau inerte (acrylique ou silicone). Elle a une durée de vie illimitée et ne nécessite donc aucun entretien, ni changement. Les matériaux qui la composent ne peuvent être ni dégradés dans l’œil, ni rejetés par l’organisme. Elle est composée d’une partie optique et d’anses (les haptiques) qui permettent de la fixer dans le sac cristallinien. En plus de la presbytie, le cristallin artificiel permet de corriger la Myopie, l’Hypermétropie et l’Astigmatisme (implant torique).

implant multifocal pour le prelex

La lentille multifocale  permet de voir de loin mais aussi de près sans lunettes. Elle corrige donc la presbytie. Les implants multifocaux sont posés sur les deux yeux. Les patients hypermétropes sont plus souvent satisfaits que les myopes. Des phénomènes de halos autour de la lumière peuvent apparaître. En cas d’astigmatisme il est possible de le corriger avec un implant multifocal torique.

La puissance de l’implant est calculée au préalable avant l’opération par biométrie. La précision de cette mesure est de plusieurs centaines de microns. Tous les cristallins artificiels sont mis en place par injection.

 

 

Comment se passe l’opération par implants ?

Elle se réalise le plus souvent en ambulatoire : l’entrée et la sortie se font donc le jour même de l’opération, à quelques heures d’intervalle. Pour des raisons de commodité ou d’éloignement, il est possible de prévoir une courte hospitalisation. L’opération est le plus souvent réalisée sous anesthésie locale avec instillation d’un collyre anesthésique, mais une anesthésie générale peut être réalisée de façon exceptionnelle. La pupille doit être dilatée. Pour ce faire, un collyre est instillé quelques heures avant l’opération.

 

L’opération se passe en deux étapes :

 

  • L’extraction du cristallin. Elle est réalisée sous microscope opératoire.  Une incision de 1,8 mm est réalisée sur la cornée, puis la chambre antérieure de l’œil est remplie d’un produit visco élastique qui empêche la cornée de s’affaisser. La capsule antérieure est alors ouverte par une pince. Le cristallin est cassé, puis aspiré par un appareil : c’est le principe de phaco émulsification. Seule l’enveloppe du cristallin est laissée en place afin d’y introduire le cristallin artificiel.

 

  • L’implantation de l’implant : l’implant entre plié afin de ne pas agrandir la taille de l’incision. Il se déplie naturellement une fois à l’intérieur de la capsule cristallinienne. Un point de suture peut éventuellement être nécessaire en cas de mauvaise étanchéité de l’incision. Suite à l’opération, le patient est emmené en salle de réveil.

 

Après l’opération

Les suites opératoires sont simples. Un collyre antibiotique ainsi qu’un anti inflammatoire sont prescrits pour une durée de six semaines par l’ophtalmologiste (durée d’utilisation : 15 jours). Un pansement oculaire permettra de protéger l’œil une fois l’opération terminée. Celui-ci pourra être enlevé quelques heures après l’opération. Une fois la sortie effectuée, une coque de protection est donnée afin d’éviter tout traumatisme oculaire. La sortie se fait le jour même de l’opération.

 

Certains signes peuvent apparaître suite à l’opération et ne doivent pas vous inquiéter :

  • Les objets peuvent avoir une couleur inhabituelle (rouge, jaune, parfois bleu)
  • La vision peut être dédoublée du fait de l’anesthésie mais cela ne dure que quelques heures
  • La vue peut être floue le jour et le lendemain de l’opération, ce qui est totalement normal. Elle s’améliore progressivement
  • L’œil non opéré voit moins bien. Cela ne signifie pas que l’œil perd sa qualité de vision, au contraire, l’œil opéré gagne en acuité visuelle
  • La pupille peut rester dilatée quelques heures ou quelques jours
  • Une légère hémorragie peut survenir, ce qui a pour conséquence de rendre l’œil rouge. Il est également possible de noter une sensation de grains de sable et de démangeaison à l’œil pendant quelques jours en raison de la cicatrice et des collyres

 

 

 

Quels sont les risques ?

 

Des complications peuvent subsister car le risque 0 n’existe pas. Ces complications peuvent nécessiter une nouvelle intervention.

Les dispositions réglementaires obligent le chirurgien à donner une information précise au patient des risques de la chirurgie. La délivrance d’un document signé apporte la preuve de l’information. La société française d’ophtalmologie a élaboré un document informatif et exhaustif des complications encourues.

Il peut s’agir d’une infection, d’un œdème de la cornée ou maculaire, d’une luxation de l’implant, d’un décollement de la rétine, d’une déformation de la cornée (astigmatisme), d’une erreur de calcul de la puissance de l’implant, d’une hypertonie oculaire, d’une inflammation oculaire, d’un hématome du blanc de l’œil ou de la paupière… Elles sont exceptionnelles.

 

Quels sont les résultats ?

Les activités de la vie courante sont réalisées sans lunettes, ce qui est un avantage certain en cas de myopie, d’hypermétropie ou d’astigmatisme. Néanmoins, la conduite automobile, la télévision ou le cinéma par exemple, peuvent parfois nécessiter le port d’une petite correction optique. L’implant multi-focal torique est basé sur le même principe que l’implant multi focal simple. La partie torique de l’implant permet de corriger en plus de la presbytie, l’astigmatisme.

(mis à jour le 25 septembre 2018 AH)