Glaucome et maladies oculaires

Glaucome et maladies oculaires

Le glaucome peut être associé à d’autres maladies oculaires.

 

Le glaucome et la myopie forte

La myopie forte est définie comme une myopie dépassant -6 dioptries. La myopie forte est un réel facteur de risque de glaucome. Son dépistage sur un œil myope opéré est délicat. La pression oculaire est plus basse chez le myope fort, ce qui rend son diagnostique plus compliqué. Une pression supérieure à 15mm de mercure peut dans certains cas être considérée comme anormale ou non tolérable sur le long terme.
L’opération de la myopie par laser consiste à modifier la forme de la cornée, en induisant une hypertonie oculaire importante mais transitoire. Cela est sans danger pour un œil sain mais peut l’être pour un œil ayant un glaucome. L’opération de la myopie n’est donc pas conseillée.

 

 

Le glaucome et la DMLA

Le lien commun existant entre le glaucome et la DMLA est l’âge. Ces deux maladie commencent à apparaître à partir de 50 ans. Le cumul de ces deux pathologies à terme, peut devenir très invalidant car la DMLA atteint la vision centrale (écriture, lecture, reconnaissance des visages), le glaucome quant à lui, atteint la vision périphérique.

 

 

Le glaucome et la cataracte

Le glaucome est un des facteurs de développement ou d’aggravation d’une cataracte. Dans d’autres cas, la cataracte contribue à aggraver le glaucome. En effet l’opération de la cataracte  permet d’améliorer les chiffres de la tension oculaire.
Lorsque ces deux pathologies coexistent, il est préférable d’agir en deux temps afin d’augmenter l’efficacité de l’intervention sur le glaucome. Dans un premier temps, on opère la cataracte, puis quelques semaines plus tard, on réalise l’opération du glaucome . A noter que la récupération de la vision après l’opération de la cataracte dépend du stade du glaucome.

 

(mis à jour le 20 septembre 2018 AH)